Jo(e) Social Media Inc. voit une occasion dans la COVID-19 alors que le numérique gagne en importance pour les communautés en tout genre, dans toutes les régions

En juin, dans le cadre de sa campagne Réseau de Résilience des Entreprises Canadiennes, la Chambre de commerce du Canada, grâce à la générosité de Salesforce (NYSE: CRM), a accordé à 62 petites entreprises canadiennes d’un océan à l’autre des subventions de 10000 $ pour les aider à travers cette période sans précédent. Depuis, les récipiendaires ont pu utiliser ces subventions pour apporter des changements qui aideront leur entreprise à rester à flot au milieu de la pandémie COVID-19. Voici l’histoire de Jo(e) Social Media de Lacombe, au Alberta

Fondée en 2012 par Jo Phillips et Joe Whitbread, Jo(e) Social Media a été l’une des premières entreprises spécialisées en médias sociaux à voir le jour dans l’ouest du Canada. Depuis lors, l’entreprise a connu une croissance constante chaque année et dispose d’une équipe de quatre personnes à temps plein et de 11 autres membres travaillant à temps partiel ou sur une base contractuelle.

L’une des principales initiatives de l’entreprise consiste à visiter les écoles, sur une base volontaire, pour parler aux étudiants des aspects positifs et négatifs des médias sociaux. À ce jour, Jo et Joe ont parlé avec plus de 30 000 enfants en Alberta. Ces conversations sont à l’origine de la création du Jo(e) Youth Creative à Lacombe.   

Jo(e) a signé un bail et a commencé les rénovations pour le Jo(e) Youth Creative (JYC) en décembre 2019. Ce centre devait ouvrir le 1er avril 2020 en tant qu’entreprise sociale offrant des programmes payants pour soutenir des programmes gratuits pour les jeunes. Après des investissements importants, des rénovations et le développement de relations, la COVID-19 a arrêté le programme avant que celui-ci ne puisse prendre son envol. Le centre n’a pas pu ouvrir, les commandites sont tombées à l’eau et le coût de la rénovation est retombé sur l’entreprise.

N’ayant plus le choix, Jo(e) a dû déménager dans le nouvel espace sans pouvoir l’ouvrir au public. Alors que la programmation destinée aux jeunes ne se voulait pas génératrice de revenus, la perte de cette activité novatrice est considérée comme plus importante que la perte de revenus à laquelle Jo(e) devait faire face. Pendant la pandémie, l’école ayant été annulée, la plupart des enfants ont passé plus de temps devant l’écran que jamais auparavant et le besoin de soutien était encore plus important.

Le JYC est un espace conçu pour répondre aux besoins des enfants en matière de médias sociaux, de l’accessibilité au mentorat, en passant par la création d’entreprises et, pour certains, un espace sûr, sans qu’aucun obstacle économique s’y oppose.

La bonne nouvelle, c’est que les entreprises ont commencé à rouvrir au cours de l’été. Les protocoles de santé et de sécurité ont changé en raison de la COVID-19, et les subventions ont été utiles pour acheter les produits nécessaires à l’utilisation par le personnel et la clientèle lors de l’ouverture du JYC. Au cours de l’été, 45 enfants ont participé à ces programmes.

En raison du peu de formations offertes sur les médias sociaux pour tous les groupes d’âge et du fait que les médias sociaux évoluent et se transforment chaque jour, l’importance de l’éducation aux médias sociaux, tant pour les jeunes que pour les adultes, est primordiale. Sans éducation sur les médias sociaux et les avantages du numérique, les gens sont laissés pour compte ou peuvent devenir des victimes.

La pandémie a fait prendre conscience à Jo et Joe que l’avenir des entreprises sera beaucoup plus ancré dans le monde numérique, avec un besoin encore plus grand de formation et de compréhension des capacités des médias sociaux et des plateformes numériques.

En véritables entrepreneurs, Jo et Joe sont motivés par leur entêtement et leur compétitivité. La nature évolutive des médias sociaux, où les nouveaux algorithmes transforment les plateformes quotidiennement et où les plateformes atteignent un pic et un plateau tous les mois, les a sans doute aidés à garder leur objectif en tête, car ils ont relevé avec persévérance les défis de la COVID-19 et saisissent maintenant les occasions qui constitueront les fondements de l’avenir de Jo(e) Social Media.