Portrait économique et budgétaire : Mise à jour sur les politiques

Chambre de Commerce du Canada
9 juillet 2020

Hier, le ministère des Finances du Canada a publié un Portrait économique et budgétaire qui fournit de l’information sur l’état de l’économie canadienne et la réponse budgétaire du gouvernement du Canada pour soutenir les Canadiennes et les Canadiens et les entreprises pendant la pandémie de la COVID-19. Ce portrait présente les prévisions officielles sur les finances fédérales, attendues depuis longtemps. Jamais le pays n’a connu une révision aussi importante des prévisions économiques fédérales. Contrairement aux budgets fédéraux ou aux mises à jour économiques, qui présentent généralement des prévisions sur cinq ans, le portrait du gouvernement offre des orientations pour l’exercice financier 2020-21 en cours.

Le portrait présenté hier a confirmé que la voie vers la reprise économique sera difficile et qu’il est peu probable que le rythme ou la trajectoire de la reprise s’accélère avant qu’un vaccin ou un traitement efficace contre la COVID-19 soit trouvé et qu’une stratégie économique soit proposée par le gouvernement fédéral.

Principales conclusions du portrait

  • La croissance freinée par les mesures de santé publique prises pour lutter contre la pandémie de COVID-19, conjuguée à la faiblesse correspondante du secteur énergétique, a porté un coup dur à l’activité économique et aux recettes publiques.
  • En l’espace de deux mois (mars et avril 2020), 5,5 millions de Canadiens ont perdu leur emploi ou ont vu leurs heures de travail considérablement réduites. Il s’agit là d’un indicateur inquiétant et brutal de la perte d’activité économique au Canada.
  • Le ministère des Finances du Canada prévoit que le taux de chômage au Canada se situera en moyenne à 10 % en 2020 et qu’il diminuera à 8 % en 2021. À titre de comparaison, le taux de chômage canadien se situait au début de 2020 (janvier) à 5,5 %, s’approchant des niveaux les plus bas jamais enregistrés.
  • Trois millions de travailleurs canadiens ont vu leurs salaires et leurs emplois être soutenus par la subvention salariale d’urgence canadienne, une mesure que la Chambre de commerce du Canada a contribué à mettre en place cette année. Le ministère des Finances du Canada, estime que la subvention salariale coûtera 82,3 milliards de dollars en 2020-2021.
  • Selon les prévisions du secteur privé, le ministère des Finances du Canada prévoit que le PIB (produit intérieur brut) réel diminuera de 6,8 % en 2020, avant de remonter de 5,5 % en 2021.
  • Un tel déclin de l’activité économique a poussé 688 000 petites entreprises à demander et à recevoir des prêts sans intérêt via le Compte d’urgence pour les entreprises du Canada, à un coût prévu de 27 milliards de dollars pour 2020-2021.
  • Le traumatisme soudain et sans précédent subi par l’activité économique réduira les recettes totales du gouvernement de 71 milliards de dollars pour 2020-2021 par rapport à l’estimation précédente du gouvernement.
  • La réduction des recettes publiques et les annonces de dépenses régulières au cours des derniers mois augmenteront le déficit fédéral à 343 milliards de dollars pour l’exercice fiscal 2020-2021, soit une multiplication par 12 par rapport à la précédente projection du gouvernement. Le Canada n’a pas connu un déficit aussi important depuis la Deuxième Guerre mondiale.
  • Les déficits budgétaires considérablement plus élevés ont fait passer la dette fédérale nette du Canada au-delà du billion de dollars pour la première fois dans l’histoire du pays. La dette fédérale nette du Canada s’élève actuellement à 1,06 billion de dollars et atteindra probablement 1,2 billion de dollars d’ici la fin de l’exercice fiscal.
  • L’augmentation du déficit et la réduction de l’activité économique ont fait passer le ratio de la dette fédérale nette au PIB à 49,1 %, par rapport à 30,1 % prévu en décembre 2019.
  • Même si la dette nette fédérale atteint des niveaux historiques, le coût total des services de cette dette publique est inférieur de 4 milliards de dollars aux prévisions précédentes en raison des coûts d’emprunt historiquement bas.
  • Au total, la pandémie de la COVID-19 a déclenché une aide fédérale d’urgence de 403 milliards de dollars à ce jour pour les citoyens canadiens et les entreprises. Cette aide comprend un financement direct, un accès accru aux liquidités et des reports de paiement sur les impôts, les droits de douane et les frais. Le ministère des Finances du Canada estime que le coût total des mesures de soutien pour l’exercice 2020-2021 sera de 469 milliards de dollars.
  • Le portrait économique et budgétaire complet du ministère des Finances du Canada est disponible ici.

Messages clés de la Chambre

  • Les mesures d’urgence mises en place pour aider les Canadiennes et les Canadiens et les entreprises pour faire face à la pandémie de la COVID-19 ont coûté très cher. La facture totale, qui n’est toujours pas connue, devra être surveillée de près et avec transparence à l’avenir. Face à la diminution de sa capacité fiscale, le pays doit commencer à réorganiser ses facteurs économiques fondamentaux.
  • Le Canada a besoin d’un plan clair pour rétablir la croissance du secteur privé, en commençant par une stratégie et un calendrier adaptés pour une réouverture en toute sécurité. La Chambre de commerce du Canada a préparé une Feuille de route vers la reprise en 51 points afin d’aider les décideurs politiques dans le travail important et difficile qui les attend.
  • Tous les gouvernements doivent continuer à travailler ensemble et à se concentrer sur la croissance avec la même énergie et le même engagement que ceux qu’ils ont consacrés aux mesures de confinement et aux subventions d’urgence.