Dennis Darby : La fabrication compte. Fabriqué au Canada ça compte.

Le Réseau de résilience des entreprises canadiennes (RDRDEC) rassemble un vaste réseau de plus de 450 chambres de commerce et plus de 100 des principales associations sectorielles du Canada, provenant de toutes les régions et de tous les secteurs de l’économie. Ce réseau représente divers points de vue et le blog RDRDEC offre une plateforme permettant de partager des idées avec d’autres membres du milieu des affaires ainsi que le gouvernement fédéral. Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les points de vue ou les positions du RDRDEC ou de la Chambre de commerce du Canada.

Cette pièce est écrite par Dennis Darby, Président et Chef de la direction de Manufacturiers et Exportateurs du Canada. 


Alors que la crise de la COVID-19 s’emparait du Canada, les fabricants se sont mobilisés pour répondre au besoin urgent d’équipements de protection individuelle, de ventilateurs et de trousse d’autodiagnostic médical. De grandes entreprises comme Ford et Bombardier, ainsi que des PME comme Stanfields et Polyunity, tirent parti des chaînes d’approvisionnement existantes et nouvelles. 

Malheureusement, jusqu’à il y a quelques semaines, peu reconnaissait l’importance d’un secteur manufacturier solide. La plupart des Canadiens y ont vu une relique du passé, mieux gérée par d’autres pays comme la Chine ou le Mexique alors que nous nous dirigions vers « l’économie du futur », axée sur les services. 

Ces sentiments sont devenus une prophétie auto-réalisatrice. Parce que peu de personnes y portaient attention, le secteur s’est affaibli, étouffé par le coût plus élevé des affaires, un fardeau réglementaire ingérable et un manque d’accès équitable et mutuel aux marchés internationaux. En conséquence, les niveaux d’investissement et de productivité se situent dans les 5 derniers pays des 36 nations de l’OCDE et, la part du Canada dans le commerce international a été ramenée aux niveaux les plus bas jamais enregistrés. 

Pourtant, alors que d’autres pays ont commencé à fermer leurs frontières et à restreindre l’accès aux biens vitaux, les Canadiens se demandent comment nous nous sommes retrouvés dans une situation où nous ne sommes plus en mesure de fabriquer les biens dont nous avons besoin. Nous devons agir maintenant pour nous assurer que nous ne serons plus jamais dans cette situation. 

Alors que les différents niveaux de gouvernement au pays réalisent maintenant à quel point le secteur est important pour notre prospérité et bien-être, plusieurs opérations sont jugées essentielles. Bien que le soutien au secteur au cours des dernières semaines fût crucial, ces actions à court terme ne corrigent pas des décennies de stratégies non concurrentielles. 

Pour faire de Fabriqué au Canada une réalité, le gouvernement doit mettre pleinement en œuvre une stratégie nationale pour stimuler avec audace un secteur manufacturier canadien innovateur, en croissance et compétitif à l’échelle mondiale en se concentrant sur trois priorités de croissance: 

1. Réduire le coût de faire des affaires et stimuler l’investissement en réduisant le fardeau fiscal, en créant un environnement réglementaire qui encourage l’innovation et en réduisant les doubles emplois et les déchets; réduire les coûts énergétiques et réformer les programmes de soutien à l’investissement, y compris la recherche et le développement. 

2. Tirer parti des avantages naturels du Canada et attirer l’attention sur les plus grandes opportunités de croissance, y compris l’exploitation des ressources naturelles et la valeur ajoutée, une stratégie de Fabriqué au Canada pour encourager la croissance des entreprises et le développement du commerce et de la chaîne d’approvisionnement en Amérique du Nord. 

3. Accroître considérablement le bassin de talents et les compétences disponibles, en particulier dans les métiers, grâce à une stratégie coordonnée à l’échelle nationale pour développer les compétences en STIM chez les jeunes du Canada, en encourageant une participation accrue à l’enseignement technique par le biais de la population diversifiée du Canada, et en encourageant l’immigration qui correspond aux besoins à court terme des employeurs. 

Enfin, même si nous verrons sans aucun doute certains appels à des mesures protectionnistes ici et parmi nos partenaires, ce n’est pas la bonne option pour le Canada. Nous devrions plutôt nous concentrer sur le développement d’un bon environnement commercial qui permettra aux fabricants canadiens d’accroître notre part des marchés mondiaux. 

Le Canada a une longue histoire d’innovations manufacturières. Des articles que nous utilisons tous les jours comme des sacs à ordures, des téléphones intelligents, des tournevis ont été inventés ici. Nous pouvons avoir un avenir brillant, avec des fabricants canadiens à la pointe de la prochaine génération de technologies novatrices de sauvetage, d’électronique personnelle ou d’articles ménagers. Il est temps encore une fois que le Fabriqué au Canada compte.

– Dennis Darby